L a   H a r p e  d ’ É o l e

                                   T H I E R R Y   F O U R N I E R

 

 

 

ACCUEIL

 

LES ÉCHAPPÉES BELLES

 

 

 

 

 

 

LA FORÊT D’ISCAMBE

Christian Charrière

 

                « Des signes annoncent à l'être humain son passage à une vie plus limpide, véritables messages du futur qu'il faut méditer, éclairer des lueurs de l'intuition, interpréter par métaphores successives pour cueillir leur sens secret et se tenir, à la fois impatient et apaisé, dans l'attente de l'inévitable. » D'emblée la première phrase de ce conte pour adultes, la seule en quatre cents pages qui résonne telle une sentence, donne une clef de lecture. Dès la phrase suivante, Christian Charrière se livre pour notre plaisir à toutes les fantaisies.

                Il y a longtemps déjà, une irréparable catastrophe a eu lieu en Europe. La savane au sud et la forêt dense au nord ont remplacé notre civilisation mourante, étouffée sous ses trésors faute de recevoir notre gratitude. Regardons autour de nous ! Ça nous pend au nez comme un sifflet de deux ronds, aurait dit ma grand-mère. Quand on refoule ce que l'on est, quand on éprouve plein de « méfiance pour tout ce qui a trait à l'âme et à ses subtiles profondeurs où un Dieu caché attend l'homme », ça finit par faire une épaisse fumée.

                Les forces qui tendent vers le bien : Anne et It'van le lumineux jeune homme ; Tanguy le roi de la vallée d'Émeraude jeté dans une fosse avec un varan femelle ; le moinillon Évariste et son maître le Fondeur en quête des îles mythiques et transcendantales, en chemin vers Paris en ruine dans l'espoir d'y découvrir les traces d'une connaissance disparue ; bref, ces forces du bien affrontent les forces du mal : les membres tout-puissants du Bureau populaire, les Blagoulets et leur général Pied-de-Biche, l'égorgeur et le désongleur.

                Insectes, gastéropodes et autres aranéides géants, marmousets et clapattes mi-hommes mi-arbres à la langue clouée contre la mâchoire inférieure, participent peu ou prou aux aventures les plus fantastiques. Songez à Tolkien, avec beaucoup plus d'humour et de truculence. La création d'un panthéon mystique par Évariste, à partir des marques d'essence décryptées sur les stations détruites qui longent, sous les frondaisons, les lambeaux de l'autoroute A6 – pour ne prendre que cet exemple – vaut le détour par la forêt d'Iscambe.

                Une bataille cruciale a lieu dans le Morvan, entre les fourmis d'Avallon et les termites de Vézelay. It'van, allié à Blancheboudine, la reine charismatique de la termitière, rend sa vigueur au roi Grodaggard après de piquantes séances de psychanalyse. Le monarque reprend goût aux « fécondations hebdomadaires » et, son « beau bourrechou, droit comme un clapouton et plus jaillissant que la curnule d'un mélassier, apparaissant à l'extrémité de son abdomen », il permet ainsi à la termitière de remporter la victoire. La route de Paris est ouverte. Évariste et le Fondeur y courront-ils après l'illusion de grandes réalisations possibles comme les provinciaux de jadis ? N'y trouveront-ils que la solitude, le mépris, l'insatisfaction, ni plus ni moins qu'ailleurs ? Anne et It'van pourront-ils briser le joug que le Bureau populaire fait peser sur la vallée d'Émeraude ? On quitte avec tristesse cette forêt d'Iscambe. Je la conserve dans la bibliothèque pour l’offrir à mon petit-fils, avant l'irréparable catastrophe.

 

 

 

 

 

   © 2005/2021 - Thierry Fournier et Créations Solein  /  Tous droits réservés.