L a   H a r p e  d ’ É o l e

                                   T H I E R R Y   F O U R N I E R

 

 

 

ACCUEIL

 

LES ÉCHAPPÉES BELLES

 

 

 

 

 

 

DOULEUR

Vladimir Holan

 

                En art comme en religion, le sublime consiste à ne pas tout exprimer mais à nous conduire, par des indices sûrs, à trouver par nous-mêmes, avec les seuls efforts que nécessitent le désir et la curiosité, ce qui n'est qu'induit dans la proposition qu’on nous fait. Ainsi, achevant en quelque sorte par nos propres moyens l'œuvre transmise, nous la trouverons profonde et belle à la mesure de notre profondeur et de la beauté que nous y aurons ajoutée. Ce n'est pas par souci de garder secrètes par-devers soi certaines richesses que s'impose cette harmonieuse alchimie. Elle s’avère être la plus efficace, la mieux adaptée au flux de notre conscience.

                Certains livres épluchent tant leurs personnages qu'avant la fin il n'en reste plus rien, ou une manière de boîtier de montre équarri sur l’étal d'un horloger, avec ses engrenages à l'air, incapable désormais d'indiquer simplement l'heure. Une chanson à refrain flattera l'auditeur le temps d'un succès populaire, certes, mais elle ne lui permettra pas, par manque de subtiles variations, de s'y couler à différents moments de sa vie pour y ajouter le timbre de ses divers états d'âme. De même, un enseignement trop explicatif rebutera les esprits les moins vifs et donnera aux autres l'impression, illusoire et néfaste, d'être parvenus au but avant même d’avoir pris la route.

                Le poète tchèque Vladimir Holan disait que « toute la réalité est nécessaire pour que l'acte devienne image ». Notamment dans le recueil Douleur, ses poèmes par leur fragilité même, par leur concision, assument en un acte toute l'humanité souffrante. Les mots se changent en autant de nœuds faits dans un mouchoir, que le lecteur peut délier et dont il s'approprie les allusions à ses risques et périls. Car cette lecture est périlleuse : le poète nous abandonne en marge avec son questionnement qui devient le nôtre, questionnement qui nous vivifie peut-être mais qui ébranle nos médiocrités sans jamais nous rassurer à bon compte.     

                       « Comment vivre, comment être simple

                       et ne pas manquer de parole ?

                       Toujours je n'ai fait que chercher le mot

                       qui n'eût été dit qu'une seule fois,

                       sinon le mot qui n'eût jamais été dit jusqu'alors.

                       J'aurais dû chercher des mots de tous les jours.

                       Même au vin non consacré

                       On ne peut plus rien ajouter. »

                Holan connut assez l'emprise néfaste des utopies sur le réel pour ne pas s'arrêter au premier mot venu qui eût été la mise en boîte du monde. D'abord en butte au socialisme noir, son pays bascula pour un temps dans le socialisme rouge : les deux avaient un goût de sang, le sang vieux déjà noir du nazisme, le sang rouge encore chaud du communisme. « Dès que je reconnais l'homme, je me mets à sangloter. » Depuis son enfance, lorsqu'il voulait être moine, jusqu'à la vieillesse, reclus dans sa maison sur l'île de Kampa à Prague, il chercha le sésame de la foi qui ouvre les gangues et qui libère. Quand il mourut en 1980 dans sa soixante-quinzième année, s'était-il enfin réconcilié avec lui-même, lui pour qui le Christ fut tout à la fois un secours, une réponse et une source d'inquiétude ?

 

 

 

 

 

   © 2005/2021 - Thierry Fournier et Créations Solein  /  Tous droits réservés.