L a   H a r p e  d ’ É o l e

                                   T H I E R R Y   F O U R N I E R

 

 

 

ACCUEIL

 

LES ÉCHAPPÉES BELLES

 

 

 

 

 

 

GASPARD DES MONTAGNES

Henri Pourrat

 

                Les forêts d’Ambert et les gorges de la Dore ont un enfant chéri : Henri Pourrat, à qui elles empruntent la célébrité de Gaspard pour aguicher les visiteurs dès que vient la saison des estivants. Gaspard… On voit son nom inscrit ici ou là au bord des routes. Pourtant, à l’échelle de la littérature, qu’il est jeune encore ! ce héros paysan du temps de Napoléon, enfanté sous la plume d’Henri Pourrat entre les deux grandes guerres du vingtième siècle. Il tient la haute place en Auvergne, tant il fédère autour de son personnage, à un rythme endiablé, légendes et chroniques, anecdotes et expressions profondes de la sagesse terrienne, en un roman-feuilleton épique à l’humour bien senti : « Ma foi, on fait toujours plaisir à quelqu’un en venant le voir. Si ce n’est pas en arrivant, à tout le moins, c’est en partant. »

                Allez-y voir, chez Pourrat ! La langue y est riche, chargée d’un suc de gentiane qui vous titille l’esprit à petites giclées de vérités cinglantes : « Regarde autour de toi : tous ne veulent que leur plaisir et ne s’inquiètent que de le prendre. Ce qu’ils disent, ce qu’ils pensent même, ne tient jamais entre eux et le plaisir. » Ou bien celle-ci – et j’arrête là  : « Si chacun remontait à trois cents ans, il se trouverait un peu plus de mille grands-pères et grands-mères, dont quelques-uns certainement ne seraient pas trop catholiques. Les dispositions, nous les avons toutes. Il s’agit seulement d’apprendre à leur dire oui ou non. »

                Les quatorze pages de la table des matières donnent à elles seules un aperçu fidèle des « vaillances, farces et aventures » de ce Gaspard des montagnes, défenseur de sa belle cousine Anne-Marie Grange poursuivie par de mystérieux agresseurs depuis la nuit où elle trancha les doigts d’un rôdeur à Chenerailles. Évitant Bête-Noire, ogresse et autres coupe-gorge, Gaspard l’intrépide court les bois pour venir à la rescousse d’Anne-Marie. Il vole vers elle, il arpente les sombres plateaux déserts hérissés de sapins, il se donne sans demander la moindre récompense, sinon peut-être le velours d’un regard posé sur lui. « Il n’y a pas de justice en ce monde. Mais on en sent terriblement le besoin dans son cœur. »

                Rien ne peut rester caché, dans les villages où l’on « sait sur le bout du doigt ce qu’il y a à savoir d’un chacun ». Sans doute, mais ici l’énigme fait long feu, pour notre plaisir. C’est qu’il y a des intérêts occultes en jeu, entre Ambert, Arlanc et la Chaise-Dieu, du pouvoir et beaucoup d’argent qui essaient de s’insinuer dans la campagne pour y gâter l’innocence et y pervertir la saine force du travail. Anne-Marie l’a deviné, elle qui pense « que ce qu’on donne fleurit et que ce qu’on mange pourrit ». Pour faire contrepoids à tant de méchanceté qui voit le jour « sur les grandes terrasses roses de la montagne », et pour « qu’une voix, dans le secret, parle maintenant d’espérance », il nous faut au moins le courage, la ruse et la générosité d’un Gaspard.

 

 

 

 

 

   © 2005/2021 - Thierry Fournier et Créations Solein  /  Tous droits réservés.